Agriculture et biodiversité

Agriculture et biodiversité : vers un pilotage du fonctionnement biologique des sols ?

La biodiversité dans l’agriculture est la thématique de cette publication. Le sol est un milieu vivant dans lequel des organismes divers et variés cohabitent. Par le rôle spécifique de chacun, leur grande diversité et les relations qu’ils nouent entre eux, ils constituent la clé de voûte du bon fonctionnement des agrosystèmes et de leur adaptabilité au changement. Le développement de nouvelles formes d’agricultures, plus économes en intrants, appelle à une meilleure prise en compte de cette biodiversité dans l’évaluation des performances agronomiques et environnementales des sols agricoles.

Dans le cadre des Carrefours de l’innovation agronomique (CIAG) de l’INRA, un colloque a eu lieu à Dijon (21) le 18 octobre 2018, sous l’intitulé « De la connaissance de la biologie des sols et de ses fonctions, à son pilotage ». Ce dossier reprend alors quelques points clés de ce colloque quant à la caractérisation de la biodiversité des sols :

  • son rôle,
  • les enjeux liés à son amélioration ou à sa préservation.

Conclusion sur l’agriculture et la biodiversité

Les sols constituent l’un des principaux réservoirs de biodiversité de la planète, peuplé d’une multitude d’organismes de toutes les tailles, formes et couleurs. Ces habitants du sol jouent alors un rôle prépondérant dans le fonctionnement des écosystèmes terrestres en contribuant :

  • recyclage des nutriments,
  • stabilité du sol,
  • régulation des bio-agresseurs,
  • structuration du couvert végétal.

Plusieurs approches existent pour l’évaluation de la qualité biologique des sols. De plus, de nombreuses avancées ont eu lieu ces dernières années suite aux apports de la biologie moléculaire dans l’étude des sols. L’enjeu actuel demeure donc l’évaluation des performances des sols agricoles au niveau :

  • agronomiques,
  • économiques,
  • environnementales.

Les prestataires de services concernés sont en cours de structuration. Il y a également une industrialisation des procédures est maintenant possible. Le développement récent de réseaux de recherche participative doit permettre une évolution des outils de pilotage biologiques des sols. Ce développement doit se faire en concertation avec les utilisateurs. A l’avenir, il sera donc nécessaire de travailler à l’introduction de la biologie du sol dans le conseil agronomique traditionnel. Cette introduction peut alors se faire via la capitalisation des références produites au sein de réseaux de parcelles.

Retrouvez toutes nos publications pour mieux connaître vos sols sur notre site internet.

Partagez sur les réseaux

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dernières publications

Agenda des évènements

Juin 26
All day
Les herbages au cœur des systèmes alimentaires circulaires et durables