Témoignage de Fabien Driat

« Aime ton sol et il te le rendra » : témoignage de Fabien Driat, agriculteur dans l’Aube

Retrouvez le témoignage de Fabien Driat, agriculteur de l’Aube.

Cela fait plus de 10 ans maintenant que Fabien DRIAT et son père sont adeptes des techniques de conservation des sols. Aujourd’hui équipés d’un semoir à dents polyvalents, le TSEM Contour de Techmagri en 8 m, ils conduisent 800 ha en tant que prestataires de services. Leur exploitation de 220 ha dans l’Aube se trouve au carrefour entre Barrois et Champagne humide, ses sols très hétérogènes vont des limons aux argiles lourdes en passant par des argilo-calcaires superficielles, parfois au sein de la même parcelle !

Fin des années 1990, début 2000, la simplification du système engagée dans les années 70 après l’arrêt de l’élevage (disparition des légumineuses et augmentation du maïs grain dans la rotation) commence à se faire sentir : l’exploitation voit un nombre croissant de parcelles « décrocher ». L’impression se confirme en 2001 après investissement dans un capteur de rendement sur la moissonneuse : les meilleures parcelles en limons sont du niveau des argilo-calcaires superficielles ! En cause ? Principalement des taux de matière organique en chute libre et une problématique géranium chronique. Face à ce constat, Fabien Driat et son père repensent leur système de production et se tournent alors vers les techniques de conservation du sol pour tenter d’inverser la tendance. A partir de ce moment ils vont commencer à expérimenter couverts végétaux et semis simplifié… pour ne plus jamais s’arrêter. Quelques éléments de leur démarche.

Des résultats probants après quelques années de pratiques

La démarche engagée par F. Driat et son père au début des années 2000 porte aujourd’hui ses fruits. Le système atteint peu à peu un certain équilibre. Il note avec satisfaction un gain en souplesse pour effectuer les interventions, des levées plus harmonieuses et une plus faible sensibilité aux bioagresseurs, aux limaces notamment, principal fléau des techniques sans labour. Les sols sont beaucoup moins sensibles aux aléas (engorgement, battance et érosion).

La réflexion sur le travail du sol a non seulement été bénéfique pour le sol, mais aussi pour les comptes de l’exploitation : en 10 ans F. Driat a vu ses consommations de carburant chuter de moitié ! Ok pour l’économie, mais quid de l’environnement ? Il est souvent reproché au système sans labour une trop forte dépendance au glyphosate. F. Driat ne le nie pas, au contraire. Mais, il ajoute qu’il existe des solutions pour atténuer cette dépendance ou du moins maitriser son utilisation de glyphosate. Lui prend bien soin de choisir les espèces et les variétés les plus gélives pour les couverts ; de les semer au plus tôt : une plante fleurie est toujours plus sensible au gel ; et enfin d’être très réactif pour le roulage sur gel. En combinant ces leviers, F. Driat et son père arrivent à maintenir une consommation moyenne de glyphosate de 1,5 l/ha.

Partagez sur les réseaux

Dernières publications

Agenda des évènements