Régénérer ses sols

Comment régénérer ses sols ?

Afin de répondre à la question : comment régénérer ses sols, notre équipe est à allée la rencontre de Jérémy DITNER. Il es cogérant de l’EARL du Krebsbach. Il va vous présenter comment favoriser l’activité biologique pour tendre vers l’auto-fertilité des sols. 

Comment régénérer vos sols ? Jérémy DITNER vous présente ce qu’il a mis en place dans sa structure afin de favoriser l’activité biologique pour tendre vers l’auto-fertilité de ses sols.

L’EARL du Krebsbach est une structure établie sur 85 hectares dans le su de l’Alsace. Jérémy DITNER vous présente ce qu’il a mis en place dans sa ferme afin de favoriser l’activité biologique de ses sols et tendre vers l’auto-fertilité.

Régénérer ses sols pour une plus grande autonomie

L’objectif est de favoriser l’activité biologique pour tendre à l’auto-fertilité grâce à l’entretien au bon fonctionnement de l’écosystème. Le sol doit pouvoir fournir ce dont la plante à besoin. Il faut s’avoir que ça ne se fait pas en une année. Il faut y aller par étape, dans un processus de régénération des sols. L’objectif est d’atteindre 4 % de matière organique pour obtenir cette auto-fertilité.

Dans la phase de transition, Jérémy DITNER utilise différentes techniques. L’objectif est d’avoir un maximum du temps les parcelles couvertes, avec l’alternance d’intercultures courtes et longues.. Il travaille également avec l’apport de compost. Un autre moyen est l‘utilisation des ferments lactiques pour agir sur le sol. Les bactéries injectées pour digérer les couverts. Ils sont déposés au moment de la destruction des couverts. Ainsi les champignons vont pouvoir se réinstaller rapidement. Enfin, il utilise également les thés de compost. Ces derniers sont appliqué en foliaires sur les cultures. Cette application va booster la photosynthèse. Plus il y a de photosynthèse, plus il y a de fabrication de sucre et plus on exsude du sucre par les racines. Ainsi, on peut entretenir les microorganismes grâce aux exsudats racinaires. Les microorganismes sont au début de la chaîne alimentaire. Ils vont donc permettre de fabriquer l’humus. Ensuite, les protozoaires et les nématodes vont consommer ces microorganismes, notamment les champignons. Ce qui va permettre de libérer les oligoéléments. Ces processus écosystémiques vont permette d’arriver de plus en plus vers l’auto-fertilité.

Retrouvez toutes nos publications sur la réduction d’intrants en ligne.

Partagez sur les réseaux

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dernières publications

Agenda des évènements

Juin 26
All day
Les herbages au cœur des systèmes alimentaires circulaires et durables