Les mélanges variétaux : Retours d’expérience de 3 agriculteurs.

Des travaux récents de l’INRA montrent qu’avec un mélange variétal construit avec une proportion de 3⁄4 de variétés résistantes à la septoriose pour 1⁄4 de variété sensible, on pouvait observer : une réduction de la sévérité de la septoriose, une augmentation du rendement de 0.32t/ha, une teneur en protéines supérieure de 0.54% et une note de panification comparable par rapport à la moyenne des variétés en pure (plus de détails dans le dossier Agro Perspectives de mars 2013). Si ces résultats sont très intéressants en soi dans le contexte de réduction de l’usage des produits phytosanitaires, il n’est pas toujours facile pour un agriculteur de se les approprier et de mettre en œuvre ce levier sur son exploitation : combien de variétés intégrer au mélange ? Lesquelles choisir ? Comment garantir une bonne homogénéité du mélange ? Autant de questions qu’il faut se poser avant de se lancer. Et à chaque question, il n’y a pas de réponse unique. Elles varient en fonction des exploitations, du contexte pédoclimatique, du matériel et du temps disponible. Trois agriculteurs nous livrent dans ce dossier leur retour d’expérience avec leurs succès et échecs, et leurs astuces pour faire les mélanges.

Partagez sur les réseaux

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Dernières publications

Agenda des évènements

Juin 26
All day
Les herbages au cœur des systèmes alimentaires circulaires et durables