La coiffure : métier en mutation

La coiffure, un métier en pleine mutation

Eric Ghirlanda présente dans cette vidéo la coiffure. Ce métier est actuellement en pleine mutation.

Les chiffres clés de l’année 2020

Plus de 98 000 établissements de coiffure sur l’ensemble du territoire. Ce qui représente près de 178 000 actifs, dont 109 000 salariés (avec les alternants). 42 % des entreprises sont en structure sociétale. Il y a aujourd’hui 107 salons pour 100 000 habitants et 39 coiffeurs à domicile pour 100 000 habitants. Leur répartition est 40 % en milieu très urbain et 17 % en zone rurale.

La particularité de ce secteur c’est que 73 % des établissements exercent leur activité en salon. Soit 68 000 salons, le restant étant des salons à domicile. L’augmentation du nombre d’établissements en 2015 et 2020 est en partie lié aux entreprises à domicile. Aujourd’hui, il y a 27 % des entreprises en coiffure à domicile. Elle est aussi lié, aux salariés qui s’installent à leur compte. Ce développement a été permis, en partie, grâce à la création du régime de la micro-entreprise, qui propose des avantages. Aujourd’hui la coiffure est le métier ou la part des micro entreprise est la plus importante.

Toutefois, 58 % des établissements n’emploie aucun salarié. Nous sommes donc face à des toutes petites entreprises. L’évolution du nombre de salarié est en baisse de 2,5 % entre 2015 et 2020. Toutefois, on constate un accroissement du nombre d’apprentis. Il y aujourd’hui un apprentis pour quatre entreprises.

Le secteur réalise 6,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Soit un chiffre d’affaires moyen par salon qui est de l’ordre de 80 500 euros par entreprise. Les salons franchisés / sous enseignes ne représente que 10 % des salons, mais représente 25 à 30 % du chiffre d’affaires de la coiffure.

On constate toutefois un abandon du métier de la coiffure chez les jeunes.

Les performances économiques

La baisse de chiffre d’affaires constaté au seins de notre observatoire Cerfrance est de l’ordre de 11 % pour 2020. Toutefois, il y a une baisse de l’ordre de 20 % en France pour l’ensemble des entreprises.

Les aides mises en place ont permis de maintenir le résultat des entreprises. Les trésoreries ont été consolidé, grâce au PGE. Toutefois, les entreprises se sont endetté, il y a donc une progression de l’endettement avec un taux désormais de 22 %. Ce PGE a surtout été utilisé dans les établissements situés dans les centres commerciaux.

La tendance 2021 semble montrer que l’activité du secteur rebondit de manière inégale mais ne retrouve pas son niveau d’avant crise.

Forces, Faiblesses et Risques

Les forces sont malgré tout l’intérêt croissant des Français à leur apparence physique. C’est d’autant plus flagrant chez les messieurs avec la mise en place d’activité de barbier. Une autre force, est la possibilité de proposer une offre complémentaire avec des ventes additionnelles de produits ou de services.

Les faiblesses sont liés à l’augmentation de l’intérêt du faire soit même chez les français. Il y aussi la vente de produit de mise en beauté dans les grandes surfaces à des prix attractifs. La mise en place de tutoriel sur intérêt, via des vidéo par exemple, est aussi une faiblesse pour le métier. De plus, on constate une forte activité concurrentielle avec des offres lowcost, impactant la rentabilité des structures. Le turnover élevé des équipes rentre aussi dans les faiblesse. Il faut noter que l’ancienneté moyenne dans la coiffure est de 6,5 ans. Cette perte d’intérêt pour le secteur peut être lié aux salaires. Ces derniers sont assez bas. Le recrutement de collaborateur est donc très compliqué pour les chefs d’entreprises.

L’émergence de plateforme de mise en relation entre professionnels et particuliers représentent un risque. Ce risque peut être mesuré. En effet, certaines plateformes existent sur la coiffure à domicile. La hausse des défaillance d’entreprise ont également un impact sur le marché, surtout pour les nouvelles entreprises. La saturation du marché de la coiffure dans certaines zones du territoires représente un risque important. La concurrence y est accrue et pèse lourdement sur le chiffre d’affaires.

Des opportunités pour se différencier et évoluer

Le développement de la coiffure masculine a progressé de 25 % depuis 5 ans. Avec l’activité de barbiers  : décors anglo-saxons ou américains, vente de produits capillaires mais aussi accessoires et de vêtements pour hommes, etc. Il y a une forte évolution de ce marché permettant le maintient du chiffre d’affaires, car le consommation féminines diminuait.

Le développement du végétal dans la coiffure est la volonté de l’entreprise de s’inscrire dans une démarche de développement durable. Cette tendance permet de ne pas trop exposer ses salariés et ses clients a des produits chimiques.

L’élargissement de l’offre de services à la clientèle avec des activités annexes complémentaires. Ces activités sont variées : maquillage, onglerie, esthétique,  lissage brésilien, vente accessoires, manucure, soins, etc.

Un enjeu majeur d’avenir : l’emploi

Près de 62 % des professionnels de la coiffure font face à une pénurie de personnel.

Il y a une stabilisation de la forte baisse des apprentis depuis 2007/2008 (– 27 % sur la période). Ensuite, tout ça est lié à la pénibilité du métier, la santé au travail et le développement durable.

Coiffure et développement durable

Les salons s’orientent vers des salons écoresponsables pour plusieurs raisons :

  • Économies d’énergie
  • Gestion des déchets
  • Utilisation des produits (chimiques et naturels
  • Matériel ergonomique et équipements du salon
  • Santé des collaborateurs
  • Rôle citoyen du salon, respect des normes et de la réglementation

Pourquoi ? 

  • Se différencier de la concurrence 
  • Répondre aux attentes de la clientèle et développer son chiffre d’affaires  
  • Une démarche collective et partagée avec ses collaborateurs 
  • Faire des économies 
  • Diminuer l’absentéisme du personnel, mieux gérer ses ressources face aux difficultés d’employabilité

L’enjeu de la digitalisation

Un secteur très en retard sur la digitalisation : moins d’un dirigeant sur deux utilise un logiciel de gestion 

Les logiciels de gestion et de prise de rendez-vous en ligne présentent de multiples avantages :

  • Attirer de nouveaux clients et les fidéliser
  • Recueillir des données sur la clientèle, personnaliser la relation avec les clients à partir d’un fichier client complet permettant de connaitre ses habitudes et pour mieux le prendre en considération et être à son écoute 
  • Gagner du temps (téléphone) et de l’énergie 
  • Mise en place de carte de fidélité digitale

Le vieillissement de la population : un enjeu pour demain

Aujourd’hui 1/4 de la population à plus de 60 ans. En 2050, 1/3 de la population aura plus de 60 ans. Il va falloir s’adapter pour apporter des soins adapter pour apporter une santé et du lien sociale.

Il peut être envisager de proposer des produits et outils spécialisés à destination des « personnes âgées » (anti-chute, cheveux blancs). Le développement d’offres tarifaires spécifiques. De plus, aménager les salons et opter pour des équipements ergonomiques afin de faciliter l’accès aux salons par les clients.

Il sera important d‘innover pour proposer de nouveaux services afin de répondre aux problématiques de déplacements des personnes âgées :

  • Offre de services de soins à domicile
  • Salons « itinérants »
  • Espaces multi-services (coiffure, beauté, soins)
La coiffure, un métier en pleine mutation
La coiffure, un métier en pleine mutation

Partagez sur les réseaux :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le chiffre du mois

0
tonnes de coquillages ont été vendues par 40 myticulteurs de la Manche, adhérents Cerfrance

Dernières publications

Agenda des évènements

En cours de construction

%d blogueurs aiment cette page :