Prix du lait fin 2020

Prix du lait fin 2020 : 310 à 330 € par 1 000 litres

Cette note de veille économique revient du la prix du lait à la fin de l’année 2020. La pandémie de Covid-19 perturbe les équilibres dans la filière laitière depuis le printemps 2020. La crise sanitaire a fait chuter les valorisations. Le prix du lait baisse. Les clôtures de fin d’année 2020 devraient subir une baisse « modérée », inférieure à 20 € par 1 000 litres. L’interrogation majeure : quel est le pouvoir d’achat en 2021 ?

L’année 2020 sera t’elle celle du retournement de la conjoncture laitière ?

La question peut se poser. Les clôtures de l’année 2020 marquent la fin de trois années de hausse continue du prix du lait. Celui-ci devrait malgré tout
être proche de 365 € par 1 000 litres, pour les clôtures de fin d’année (– 10 € par 1 000 litres). De plus, il sera supérieur à la moyenne des années passées.

Le produit viande poursuit sa tendance baissière (– 4 € par 1 000 litres).

Un élément favorable est la baisse probable des charges opérationnelles (– 7 € par 1 000 litres), après une année 2019 stable.

Les charges de structure devraient quant à elles être stables. La baisse des carburants devant compenser la hausse attendue des annuités.

Ainsi, selon nos prévisions pour les clôtures de septembre et décembre 2020, le revenu disponible des éleveurs laitiers spécialisés sera de 18 000 € par actif familial après MSA (5 000 à 30 000 € selon les scénarios). Sur un an, il baissera d’environ 5 000 €, soit de 20 %. Ce revenu disponible représentera 55 € par 1 000 litres de lait. Soit un niveau proche d’une rémunération correspondant à un smic par actif.

Oser se remettre en cause

Parmi les éleveurs, les plus performants auront un revenu disponible 2020 voisin de 32 000 € par actif. Tandis que les moins performants vont souffrir d’un revenu disponible négatif, de – 2 000 € par actif.

Rappelons que cet écart de revenu disponible, obtenu à conjoncture identique, provient pour l’essentiel d’un différentiel de performance entre les exploitations laitières d’environ 100 € par 1 000 litres. Cet écart est réparti entre 70 € de charges et 30 € de produits.

Les exploitations les plus performantes vont poursuivre leur croissance. Elles sont les exploitations d’avenir de la région.

L’avenir des exploitations les moins performantes, au taux d’endettement élevé et qui manquent de rentabilité, reste sombre, si elles ne modifient pas leurs pratiques.

Le contexte nouveau suite à la pandémie du covid-19 apporte beaucoup d’incertitudes sur les années à venir

Les attentes sociétales sont de plus en plus pressantes, tant sur la qualité des produits que sur les modes de production (bien être animal, lutte contre les changements climatiques). Et une crise du pouvoir d’achat d’une partie de la population pourrait venir tendre les relations sociales, entre les producteurs et les consommateurs. Face à cette complexité, il est essentiel pour chacun de se mettre en mouvement afin de répondre au mieux aux attentes de la filière et des consommateurs, tout en étant en phase avec ses valeurs profondes. Les stratégies gagnantes sont multiples. À chacun de trouver les siennes.

Partagez sur les réseaux :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le chiffre du mois

0
tonnes de coquillages ont été vendues par 40 myticulteurs de la Manche, adhérents Cerfrance

Dernières publications

Agenda des évènements

En cours de construction

%d blogueurs aiment cette page :